Home
>
Blog
>
Petit Portrait de Antonin Chabanne (Belledonne)
May 19, 2022

Petit Portrait de Antonin Chabanne (Belledonne)

Antonin Chabanne est le cofondateur de Belledonne, la marque de sneakers haut-de-gamme, éthique et abordable.

Ton déclic entrepreneur ?

Belledonne a commencé comme un « side project », sur lequel nous travaillions le soir et le weekend. À l’époque, j’étais consultant et je n’aimais pas mon boulot. J’avais envie de faire un projet cool pour m’éclater avec mes amis et associés.

On a pris beaucoup de temps pour imaginer ce à quoi devait ressembler notre marque, et j’ai découvert plein de choses que je ne connaissais pas.

Je crois que mon déclic a été cette liberté de créer (une histoire, un produit, une marque…). C’est à ce moment-là que je me suis dit que je devais entreprendre.

 

Quand tu pitches ta boite / ton métier à ta grand-mère ça donne…

Des baskets d’exception au rapport qualité/prix exceptionnel.

 

Comment t’est venue l’idée de Belledonne ?

Comme beaucoup d’histoire d’entrepreneurs, l’idée est venue d’une frustration que l’on avait sur le marché. Elle est apparue fin 2016, et à l’époque il y avait deux options lorsque l’on voulait s’acheter une paire de sneakers.

La première était de se tourner vers des produits mainstream, abordables, de grandes marques, fabriqués en Asie dans les conditions que l’on connaît. La seconde, était d’aller vers des maisons de luxe ou marques premiums, qui proposaient des produits plus exclusifs, avec une confection plus locale… mais à des tarifs très élevés (minimum 250/300€).

À l’époque, j’étais très intéressé par les modèles de DNVB, j’étais notamment client de Hast (une des premières DNVB française dans la mode).

Avec mes associés, on s’est dit qu’on allait prendre le meilleur de ces deux mondes, en imaginant des produits de luxe et en les rendant plus accessibles en s’affranchissant des intermédiaires.

 

Comment tu t’es financé ? Dette, levée de fonds, business angels, etc

En 2018, nous avons mis 10 000€ au capital, puis nous avons fait une campagne de financement participatif pour amorcer la pompe.

Suite à cette campagne, nous avons comblé un petit manque de BFR via nos comptes courants associés, aujourd’hui tous remboursés. Assez rapidement nous avons eu la chance d’avoir de très bonnes conditions de paiement fournisseur, ce qui a permis à l’entreprise de s’autofinancer. Ce n’est que l’année dernière que nous avons contracté une petite dette d’environ 100K pour soutenir notre croissance.

Les profils idéaux pour bosser avec toi ?

Des personnes joyeuses, ultra-positives, dynamiques et qui aiment le beau.

 

Ta plus grosse galère ?

Nous avons eu un gros problème de production au tout début de notre histoire, avec notre première usine. Presque une paire sur 5 était défectueuse… Nous avons donc décidé de retirer toutes les paires de la vente (et de changer d’usine). Pour régler le problème, nous sommes allés faire un contrôle de l’entièreté de notre stock. À l’époque nous n’avions que 400/500 paires en stock, mais nous et nous avons passé presque un mois sans aucune vente.

 

Ta plus grande réussite ?

D’avoir un boulot qui me plait.

Quelle est la marque que tu aurais aimé avoir créée ?

Aimé Léon Dore, pour la beauté de leur univers de marque et la cohérence de leurs produits.

 

Le meilleur spot pour un déjeuner d’affaires ?

Le Grand Café d’Athènes, sinon n’importe quel endroit où on peut manger une bonne pizza napolitaine.

 

Décris nous ton bleu de travail (tenue de tous les jours)

Une paire de Belledonne, souvent un prototype que je dois tester.

Puis après un jean ample ou un chino à pince, un t-shirt épais, un sweat…toujours à l’aise :)

 

L’appréciation de professeur dans ton bulletin que tu n’oublieras jamais

Quand j’ai redoublé ma seconde, et que ma professeur d’espagnol m’a suggéré très sérieusement d’arrêter de fumer des joints, pour être plus connecté avec la réalité… alors que je n’en fumais pas.

Je n’étais certainement pas une lumière à l’époque cela dit…

3 personnes / personnalités que tu aimerais embaucher pour compléter ton équipe ? (célèbre ou pas, vivantes ou pas)

  • Frédéric Biousse, pour son expertise dans l’accélération de marques direct to consumer
  • Violaine et Jérémy (du studio éponyme), pour la beauté de leur travail
  • Pierre Gagnaire, pour s’occuper de la cantine

Ton moment idéal

Du soleil, des copains, de la bonne bouffe, des bières fraîches et de la musique brésilienne.

 

Désigne 3 personnes que l'on devrait contacter pour se prêter à notre petit portrait !

À voir aussi

Rejoignez la newsletter mensuelle des tendances D2C !

Nos dernières publications

Découvrez toutes nos études et nos publications réalisées sur les tendances de marché, les best practices tech et marketing.
Petit Portrait de Franck Caudrelier (Gibus Cycles)

Petit Portrait de Franck Caudrelier (Gibus Cycles)

Gen Z & Consommation : Comment la Gen Z impulse une Consumer Revolution ?

Gen Z & Consommation : Comment la Gen Z impulse une Consumer Revolution ?

Petit Portrait de Antonin Chabanne (Belledonne)

Petit Portrait de Antonin Chabanne (Belledonne)

Ne manquez rien de l'actualité D2C !

Rejoignez les 10 000 décideurs des modes de consommation de demain. Newsletter mensuelle des tendances D2C et des actualités de notre écosystème.